Il y a tout juste un mois, Karim, coordinateur régional de Grandir Dignement, et l’Établissement Français International Antalaha ont organisé un espace de discussion et de sensibilisation pour les élèves de 6ème et 5ème autour des droits des enfants et de la situation des mineurs incarcérés à la prison d’Antalaha.

Deux actions à la symbolique forte ont résulté de ces échanges.

Tout d’abord un projet artistique porté par la professeure d’Art Plastique, Anne Laure Lextrait. A partir de briques de lait, un mur a été créé par les élèves, avec d’un côté le mur d’une prison, et de l’autre, les rêves dont sont privés les enfants incarcérés.

Ensuite, les élèves se sont mobilisés pour organiser une collecte de vêtements aux profits des enfants incarcérés. Cet élan de solidarité, poussé par cet éveil de conscience sociale autour de la question des droits des enfants et de la justice sociale, est un symbole puissant d’espoir et de changement.

Les murs de la prison ne sont pas un rempart au respect de la dignité humaine et des droits des enfants.

Mercredi 7 février nous étions au Sénat pour le petit déjeuner du collectif Cause majeur à l’occasion des 2 ans de la loi Taquet.

Cette loi vise à améliorer la situation des enfants protégés par l’aide sociale à l’enfance, notamment en prolongeant la prise en charge des jeunes majeurs jusqu’à 21 ans. Le collectif Cause majeur a ainsi permis à des jeunes de porter leurs voix et leurs recommandations devant l’assemblée présente, composée notamment de députés, sénateurs du président de la Seine St Denis.

Axel Coulot, engagé en service civique adapté avec GD et porteur du syndrome de Gilles de la Tourette, a courageusement pris la parole pour témoigner de son parcours en tant que jeune majeur.

On remercie beaucoup Axel pour son super travail de montage ! 

Engagée depuis 2010 en France et à l’international, pour une meilleure connaissance, reconnaissance et application des droits de l’Enfant, Grandir Dignement est spécialisée dans l’accompagnement des enfants et jeunes adultes sous main de justice. En France, l’association intervient essentiellement dans le Grand Est en milieu carcéral et en milieu ouvert. Depuis 2017, l’association a initié le « Service civique adapté » qui permet à des jeunes âgés entre 16 et 25 ans en situation de vulnérabilité (issus d’accompagnement de l’ASE ou PJJ) de s’engager sur une mission de plusieurs mois mêlant insertion et solidarité et visant la remobilisation. Ce dispositif propose également la participation active de volontaires « facilitateurs » dans une démarche de pair-aidance.

Nous rejoindre c’est travailler dans une association à taille humaine qui vise à accompagner l’adolescent au plus près de ses besoins et aspirations. Grandir Dignement considère que chaque jeune, quel que soit son passé, doit être traité dans le respect de sa dignité humaine et doit pouvoir devenir acteur de sa vie et de la société. Adhérente au réseau Don Bosco Action Sociale, Grandir Dignement s’inspire de la pédagogie salésienne de Jean Bosco. Enfin, l’association accomplit toutes ses actions dans la sobriété et la simplicité.

VOTRE MISSION

  • Accompagner et soutenir les jeunes de 16 à 25 ans bénéficiaires de nos actions vers leur insertion sociale et professionnelle en synergie avec le/la coordinateur/trice socioéducatif
  • Garantir un lieu sécurisant, apaisant, contenant et protecteur dans une approche de proximité et d’attention au quotidien.
  • Susciter l’implication des jeunes dans la programmation des ateliers collectifs et la co-construction des emplois du temps puis assurer leur mise en œuvre (atelier culture & citoyenneté, atelier sport, atelier formation & emploi) et les accompagner lors des activités et immersions en extérieur
  • Accompagner les volontaires facilitateurs dans leur mission dans une démarche de transmission relative à la posture éducative, en synergie avec le/la coordinateur/trice socioéducatif
  • Collecter les indicateurs de suivi d’activité et rendre compte de l’évolution de la situation des adolescents à l’institution, aux partenaires et prescripteurs ainsi qu’à l’équipe, gestion des relations avec les éducateurs qui orientent les jeunes vers nos services
  • Animer des interventions à visée éducative en milieu carcéral et lors de stage de citoyenneté
  • Participer à la vie associative de Grandir Dignement

CONDITIONS :

  • CDD de 12 mois (reconductible)
  • 35h/ semaine
  • Permis B
  • Casier judiciaire B2 vierge
  • Poste basé à Metz (57000)
  • Rémunération BRUTE mensuelle de base : 2.000 €
  • Diverses primes additionnelles selon situation familiale : +50€/enfant à charge
  • Tickets restaurants pris en charge à 50% pour un total de 222€

PROFIL

  • D.E. Éducateur spécialisé ou D.E Moniteur éducateur
  • Aspiration à une relation éducative positive, sécurisante et bienveillante
  • Souci de la qualité de la vie du groupe et de chacun
  • Capacité d’analyse : revisiter ses pratiques et les confronter à celles des autres
  • Travail en équipe et dans la transmission
  • Tenir un cadre éducatif et des règles de fonctionnement
  • Positionner l’adolescent comme acteur de l’action éducative
  • Capacité de recul (Savoir se décaler des agirs et provocations des adolescents)
  • Communication écrite et orale (Savoir rendre compte de son action)
  • Compétences techniques / gestion de projet et ateliers éducatifs serait un plus

Adresser CV + lettre de motivation par mail à : sophie.remy@grandirdignement.org et engagement@grandirdignement.org avec comme objet de mail « Educateur Metz», avant le 10 mars 2024

Dans le but de promouvoir les droits des enfants en conflit avec la loi à Madagascar, Grandir Dignement a signé un beau projet pour deux ans soutenu par la Délégation de l’Union européenne à Madagascar et en Union des Comores et mené conjointement avec Humanité & Inclusion Madagascar.

Pour en savoir plus

ASSISTANT.E DE COORDINATION DES PROJETS

Présentation de la structure : 

Grandir Dignement est une ONG française créée en 2010 qui intervient auprès des enfants en conflit avec la loi (ECL). Elle œuvre simultanément en France, à Madagascar et au Niger. Dans ces trois pays d’intervention, à travers des contextes très différents, Grandir Dignement cherche à ga- rantir le respect de la dignité humaine en milieu carcéral et plus généralement durant tout le pro- cessus judiciaire. Sa stratégie poursuit trois objectifs complémentaires : 

  • Protéger les enfants détenus et les accompagner dans leur réinsertion ; 
  • Promouvoir les alternatives à la détention et les dispositifs post-carcéraux ; 
  • Appuyer les institutions et mener un plaidoyer en faveur d’une amélioration du traitement et de la perception des enfants en conflit avec la loi. 

Grandir Dignement considère que chaque enfant, quel que soit son passé, doit être traité dans le respect de sa dignité humaine et doit pouvoir devenir acteur de sa vie et de la société. Adhérente au réseau Don Bosco Action Sociale, Grandir Dignement s’inspire de la pédagogie salésienne de Jean Bosco. L’association accomplit toutes ses actions dans la sobriété et la simplicité. 

Le/la stagiaire contribuera en soutien aux activités suivantes, en lien et accompagné.e par la cheffe de service : 

Missions : 

  • Participer à l’identification des partenaires techniques et financiers pertinents au regard des activités développées en France. 
  • Participer à la conception et rédaction des demandes de subventions des projets (cadres logiques, chronogrammes, budgets). 
  • Effectuer une veille des appels à projets et mettre à jour les tableaux de suivi de ces derniers. 
  • Viser à ce que l’ensemble des collaborateurs impliqués dans les projets aient connaissance des procédures et exigences du/des bailleur(s). 
  • Participer au suivi opérationnel et financier du projet. 
  • Prendre part à la rédaction des rapports narratifs/financiers finaux des projets selon les modalités attendues par les bailleurs. 
  • S’impliquer dans la communication de l’association : création de flyers, brochures, newsletter, post sur les réseaux sociaux. 
  • Rédiger les comptes-rendus des réunions hebdomadaires en alternance avec les autres participants. 
  • Consolider les rapports mensuels des différents pôles (environnement, antenne de Metz, antenne de Nancy, Coordination, CSL). 
  • Appui à la gestion de la caisse et de la comptabilité de l’antenne (Justificatifs, tableau Excel, etc.). 
Lire la suite

ASSISTANT.E DE COORDINATION DE PROJETS INTERNATIONAUX EN FAVEUR DES ENFANTS EN CONFLIT AVEC LA LOI

Présentation de la structure :

Grandir Dignement est une ONG française créée en 2010 qui intervient auprès des enfants en conflit avec la loi (ECL). Elle œuvre simultanément en France, à Madagascar et au Niger. Dans ces trois pays d’intervention, à travers des contextes très différents, Grandir Dignement cherche à garantir le respect de la dignité humaine en milieu carcéral et plus généralement durant tout le processus judiciaire. Sa stratégie poursuit trois objectifs complémentaires :

  • Protéger les enfants détenus et les accompagner dans leur réinsertion ;
  • Promouvoir les alternatives à la détention et les dispositifs post-carcéraux ;
  • Appuyer les institutions et mener un plaidoyer en faveur d’une amélioration du traitement et de la perception des enfants en conflit avec la loi.

Grandir Dignement considère que chaque enfant, quel que soit son passé, doit être traité dans le respect de sa dignité humaine et doit pouvoir devenir acteur de sa vie et de la société. Adhérente au réseau Don Bosco Action Sociale, Grandir Dignement s’inspire de la pédagogie salésienne de Jean Bosco. L’association accomplit toutes ses actions dans la sobriété et la simplicité.

Au sein de l’équipe du siège de l’ONG supervisant les trois délégations (France, Madagascar et Niger), le/la stagiaire participera aux activités suivantes, accompagné.e par le directeur adjoint de l’ONG et le/la responsable de programme Siège

 

 

Missions :

  • Participer à l’identification des partenaires techniques et financiers pertinents au regard des activités développées à Madagascar et au Niger.
  • Participer à la réflexion initiale/stratégique, conception et rédaction des demandes de subventions des projets internationaux (cadres logiques, chronogrammes, budgets).
  • Effectuer une veille des appels à projets et mettre à jour les tableaux de suivi de ces derniers.
  • Aider l’ensemble des collaborateurs impliqués dans les projets sur le terrain à avoir connaissance des procédures et exigences du/des bailleur(s).
  • Prendre part au suivi des projets et à la rédaction des rapports narratifs/financiers finaux des projets selon les modalités attendues par les bailleurs.
  • S’impliquer dans la communication de l’association : création de flyers, brochures, newsletter, post sur les réseaux sociaux et rapport annuel.
  • Participer et contribuer aux réunions et temps de collectifs associatifs à des fins de plaidoyer.
  • Participer à la prise de note des réunions hebdomadaires avec les délégations.
  • Appui à la gestion des billets d’avion des expatriés et missions internationales.

Qualités attendues pour ce poste :

  • Sens de l’engagement et adhésion aux valeurs de l’association
  • Forte motivation pour contribuer à améliorer les conditions des enfants en conflit avec la loi
  • Dynamisme et énergie
  • Capacités organisationnelles
  • Adaptabilité/polyvalence
  • Capacités rédactionnelles
  • Autonomie/prise d’initiative/rigueur

Expériences et formations souhaitées :

  • Formation supérieure (minimum Bac + 5) sciences politiques, gestion de projets, relations internationales, ou équivalents.
  • Expérience en milieu associatif et/ou bénévolat appréciée
  • Maîtrise professionnelle de l’anglais
  • Des notions juridiques en droit pénal, procédure pénale, droits de l’enfant, droit international public, sont considérées comme des atouts pour ce stage.
  • Une connaissance des contextes géopolitiques / socio-économiques de la région sahélienne et/ou de Madagascar serait un plus.

Conditions

  • Stage à Strasbourg (67)
    • 6 mois minimum
    • 35h hebdomadaire
    • Indemnité mensuelle sur base du barème légal
    • Prise de fonction possible à partir du 27 novembre 2023

Comment postuler

Envoyer CV + lettre de motivation par mail avec l’objet “Assistant.e coordination internationale – Nom Prénom” à engagement@grandirdignement.org

Ce samedi 9 septembre 2023, 2 salariées, 3 accompagnateurs et 2 jeunes de Grandir Dignement se sont rendus à la Comète dans la ville d’Hésingue pour assister et participer à l’événement « Les droits des enfants, c’est maintenant », un ensemble de conférences, débats et autres activités organisés par l’association Des Droits pour Grandir et La Comète. Nous avons pu y rencontrer Éric Delemar, actuel défenseur des enfants, Geneviève Avenard, ancienne défenseure des droits des enfants et Philip Jaffé, vice-président du Comité sur les droits de l’enfant de l’ONU (Organisation des Nations Unies).  

Ce comité réuni des experts en charge de vérifier la bonne application de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) par les Etats qui l’ont ratifié dont la France qui a par ailleurs été auditionnée par le Comité cette année. 

A la question “la France prend elle bien soin de ses enfants ?” Les intervenants constatent qu’au regard de ce qu’il est possible de faire, les efforts réalisés sont insuffisants. Pour illustrer son propos, Philip Jaffé prend l’exemple de la scolarisation : en France, nous ne sommes pas capables de connaître précisément le nombre de jeunes déscolarisés et le défenseur des droits est de plus en plus sollicités sur ces thématiques. Au niveau mondial, le même constat amer, les enfants ne sont pas une priorité. Selon Éric Delemar, en dépit des droits qui leurs sont reconnus, les enfants ne sont pas considérés comme des sujets de droit mais comme des objets et restent ignorés des politiques publiques. 

Il est essentiel que les enfants réalisent qu’ils ont des droits et la capacité de les défendre mais aussi que les institutions se forment plus et surtout écoutent les enfants. En effet, culturellement la société a du mal à écouter les enfants. 

Lire la suite

L’événement solidaire 2023 de Grandir Dignement arrive !

Nous vous retrouverons le dimanche 1er octobre pour un repas festif à Grosbliederstroff (Moselle)

L’occasion d’allier solidarité et convivialité avec la compagnie FA SI LA DANSER !🕺🏻💃🏽 Votre participation sera d’un grand soutien aux actions de l’association en faveur des enfants incarcérés et en situation de vulnérabilité.

🚨Inscription jusqu’au 24 septembre : Bulletin d’inscription

Le 7 et 8 août 2023 nous avons accueilli Karim MOKHTARI dans le cadre de la journée Grand Témoin. Parrain de Grandir Dignement, il est également le directeur de l’association 100Murs qui intervient en milieu ouvert ou fermé auprès de jeunes en rupture ou de personnes détenues. 

Coup de projecteur sur cet homme hors du commun, au franc parlé et au parcours atypique. Formateur et expert Jeunesse sur la question de l’engagement service civique en France. 

Karim est venu à la rencontre des jeunes volontaires de Grandir Dignement témoigner avec émotion de son parcours de vie « sans limites » comme il le dit, un parcours de vie aux confrontations de la loi et au cadre judiciaire. Pèlerin libre et infatigable, Karim se rend dans les prisons, aux côtés de l’administration pénitentiaire, aux contacts directs avec les détenus afin de les sensibiliser au sens profond de leur peine et à croire en un nouvel horizon de vie. 

Karim a commencé sa feuille de route par la rencontre de quelques jeunes au quartier mineur de la Maison d’Arrêt à Metz. Chacun écoutait avec grande attention son récit, de la prison à son travail de responsable. Les échanges ont été directs et simples : « pour s’en sortir, il faut accepter l’aide des autres et se fixer des objectifs » confie Karim. Un leitmotive souvent entendu dans les discours des professionnels éducateurs qui accompagnent ces jeunes. 

A Nancy, devant un auditoire florissant de 15 jeunes, 5 facilitateurs et une dizaine de salariés, Karim est venu toucher les cœurs en déroulant, non sans pudeur, son histoire familiale, son passé institutionnel et l’enfer carcéral. « Son histoire est percutante » résume Léa, accompagnatrice volontaire.  En effet, nous sommes tous sans voix et aucun jeune ne regarde son portable ou ne s’agite par ennui.  Les mots de Karim sont des mots qui sonnent et qui résonnent : colère, violence, délinquance, respect, émotions, bienveillance et pardon. « C’est vrai ce qu’il dit, il a raison » confirme un jeune dont le parcours est quelque peu similaire. 

Lire la suite

Le 19 et 20 juillet dernier, Sikou Niakaté est venu à la rencontre de jeunes accompagnés par Grandir Dignement, d’abord en quartier des mineurs à l’établissement pénitentiaire de Metz Queuleu puis sur le site de notre antenne à Nancy.  

Réalisateur autodidacte, Sikou Niakaté a réalisé, avec la volonté d’être libre, son premier film documentaire « Dans le noir, les hommes pleurent » où il interroge les injonctions sociétales liées à la masculinité. Il met notamment en lumière le rapport au corps et aux émotions chez les hommes issus des quartiers moins favorisés. Neuf jeunes des trois antennes de Grandir Dignement et 3 jeunes du quartier des mineurs de Metz ont vu son film, ainsi que les éducateurs et 7 volontaires facilitateurs qui ensemble accompagnent les jeunes.  

Après la projection du film, Sikou Niakaté a lancé le débat en permettant aux jeunes de se livrer sur leur rapport aux émotions : les larmes, la relation au corps, la relation aux autres, la relation amoureuse. À cet instant, dans cette bulle d’intimité, les interactions se sont enchainées. Beaucoup ont exprimé leurs ressentis, chacune et chacun a participé à sa manière. De façon spontanée, un jeune s’exclame : « Faut être courageux pour se mettre à nu comme ça et parler de soi, c’est pas toujours facile. ». Pour les jeunes en quartier des mineurs, le mot « masculinité » demeurait encore assez indéfinissable. Mais après quelques échanges, ils se sont accordés à dire qu’un homme aussi ressent des émotions et qu’il peut les exprimer sans craindre les regards. En mot de conclusion, Sikou Niakaté a confié que l’expression de ses émotions l’avait libéré.  

Lire la suite