C’est à l’Is’art galerie à Antananarivo que s’est déroulé le 19 Juin dernier, un évènement nommé « Grandir Dignement, In’Zan ? » (« Grandir Dignement, qu’est ce que c’est ? »). 

Les objectifs de la journée étaient multiples : 
– Communiquer sur les actions de l’association à Madagascar, 
– Faire sortir des murs des jeunes en détention, 
– Créer un espace propice aux échanges entre des détenus, des jeunes en liberté surveillée, leurs familles, du public, des artistes, du personnel de l’administration pénitentiaire, des tribunaux, du ministère de la justice, de nos partenaires techniques et financiers, du ministère de la population et autres acteurs étatiques, des ONG et associations partenaires ; les membres de Grandir Dignement et de l’Is’art galerie… 
– Faire un focus et appuyer le plaidoyer mené sur l’existence et la pertinence de la liberté surveillée à Madagascar. 

Et tous ces objectifs furent, selon nous, pleinement atteints. 24 détenus, 24 jeunes en liberté surveillée et plus de 200 personnes ont défilé au sein de la grande salle où des stands présentaient tous les services et activités de l’association et à l’extérieur où des ateliers ludiques étaient menés : 
– Des jeunes détenus ont animé le stand « dans les murs » afin d’expliquer au public leurs techniques de fabrication de savon, de rafias décoratifs, de vanneries, de charbon à base de papier, de fabrication de balais artisanaux, d’agriculture, de maçonnerie…pendant que l’on pouvait aussi découvrir le service d’accompagnement post-carcéral ou le service « liberté surveillé ». 
– Au stand juridique, on jouait au jeu de l’oie schématisant le parcours de l’incarcération ou bien l’on inscrivait la loi de ses rêves pour la protection des enfants. 
– Au bar, les jeunes apprenaient les bases de la fabrication de coktails sans alcool colorés et dégradés. 
– En cuisine, on découvrait la technique du « mofo akondro façon Diego-Suarez ». 
– Et sur les murs extérieurs de la galerie, des enfants peignaient à même la brique. 

La journée a été rythmée par une conférence sur le thème de la liberté surveillée à Madagascar, et par des prestations scéniques de jeunes incarcérés à Antananarivo qui nous ont fait découvrir le fruit de leur travail artistique : danses et musique traditionnelles, beat-box et slam, dance-hall. S’en est suivi le concert de Rêv’errant, alliant savamment le reggae aux riffs rock voir métal, en passant par le slam, toujours militant pour la défense des droits de ces enfants. 

Un goûter pour les grands et les petits a mis le point final à cette journée, cependant pas tout à fait terminée car dans le cadre des « mercredi de l’Is’Art galerie », la conférence hebdomadaire de 17H30 pris le thème de « la prison, pourquoi ? » et fit voyager les spectateurs à travers les prisons du monde, du modèle scandinave aux horreurs de Cuba. Enfin, plus distractif, le quizz de l’Is’Art mêla questions à blindtest musical et cinématographique.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × deux =