+ 261 000

enfants détenus dans le monde*

Dernières données statistiques publiées en novembre 2021 par UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance : depuis le début de la Covid-19, plus de 45 000 enfants ont été libérés de détention et rendus à une alternative appropriée. Pourtant, dans le monde, 261.000 enfants restent encore détenus.

Pour Claudia Cappa, spécialiste principale des statistiques à l’UNICEF, des mesures doivent être mises en place par les gouvernements pour mettre fin à la détention de ces enfants.

À travers le monde, des enfants sont incarcérés et se retrouvent dans une situation de grande vulnérabilité : carences alimentaires, absence de soin, insalubrité, manque d’accès à l’éducation… Dans certains pays, 90% des enfants en prison sont en attente de leur procès, sans avoir les moyens d’assurer leurs défenses. À ces conditions indignes s’ajoutent de nombreux cas de maltraitances et de tortures.

Les interventions de Grandir Dignement se basent sur la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et s’attachent à garantir le respect de leur dignité en milieu carcéral.

Respect

Promouvoir une justice juvénile plus adaptée et respectueuse de la dignité humaine des enfants et jeunes majeurs en conflit avec la loi

Dialogue

Instaurer un dialogue de confiance et constructif avec les acteurs étatiques dans l’intérêt des enfants en conflit avec la loi.

Accompagnement

Mettre en œuvre un accompagnement intégral et individualisé du jeune favorisant son insertion sociale, citoyenne et professionnelle.

Actualités

,

Quoi de neuf à Antalaha ?

Il y a tout juste un mois, Karim, coordinateur régional de Grandir Dignement, et l'Établissement Français International Antalaha ont organisé un espace de discussion et de sensibilisation pour les élèves de 6ème et 5ème autour des…
,

Place à l’expression des jeunes au Sénat !

Mercredi 7 février nous étions au Sénat pour le petit déjeuner du collectif Cause majeur à l’occasion des 2 ans de la loi Taquet. Cette loi vise à améliorer la situation des enfants protégés par l’aide sociale à l’enfance,…
,

L’Union Européenne soutient les actions de Grandir Dignement à Madagascar !

Dans le but de promouvoir les droits des enfants en conflit avec la loi à Madagascar, Grandir Dignement a signé un beau projet pour deux ans soutenu par la Délégation de l'Union européenne à Madagascar et en Union des Comores et mené…

Une journée pour mieux comprendre les droits de l’enfant

Ce samedi 9 septembre 2023, 2 salariées, 3 accompagnateurs et 2 jeunes de Grandir Dignement se sont rendus à la Comète dans la ville d’Hésingue pour assister et participer à l’événement « Les droits des enfants, c’est maintenant…
, , ,

Repas Solidaire 2023 !

L’événement solidaire 2023 de Grandir Dignement arrive ! Nous vous retrouverons le dimanche 1er octobre pour un repas festif à Grosbliederstroff (Moselle) L'occasion d’allier solidarité et convivialité avec…
,

METZ et NANCY – Journée Grand Témoin avec Karim Mokhtari

Le 7 et 8 août 2023 nous avons accueilli Karim MOKHTARI dans le cadre de la journée Grand Témoin. Parrain de Grandir Dignement, il est également le directeur de l'association 100Murs qui intervient en milieu ouvert ou fermé auprès…

METZ et NANCY – Retour sur la rencontre entre le réalisateur Sikou Niakaté et les jeunes de GD

Le 19 et 20 juillet dernier, Sikou Niakaté est venu à la rencontre de jeunes accompagnés par Grandir Dignement, d’abord en quartier des mineurs à l’établissement pénitentiaire de Metz Queuleu puis sur le site de notre antenne…
,

Rencontre avec le défenseur des droits à Metz

Ce mercredi 14 juin 2023, six jeunes SCA (Service Civique Adapté) et 6 facilitateurs des antennes de Metz, Strasbourg et Nancy ont rencontré Dominique Rolin, délégué du Défenseur des droits en Moselle. Il est intervenu dans le cadre…

PROJET 4A « Approche, Accroche, Accompagnement, Autonomie » – Grandir Dignement France

La question de l’insertion sociale et professionnelle présente de grandes difficultés  pour les jeunes concernés par des mesures judiciaires  : stigmatisation, perte de repères, manque de projet socio professionnel, faible estime de soi, rupture des liens sociaux et affectifs, risque de réitération/récidive.

La finalité du Projet 4A est de remobiliser 130 jeunes (16-25 ans) en difficulté avec la justice ou en grande vulnérabilité via des approches socio-éducatives adaptées à leur profil, leur contexte et leurs aspirations.

Leur accompagnement à travers un système de pair-aidance promeut un engagement solidaire et citoyen fort pour chaque jeune, axé sur les valeurs du développement durable et de la solidarité nationale et internationale.

Ce projet mené du 01/01/2023 au 31/12/2024 est rendu possible grâce au soutien de l’Union Européenne dans le cadre du Programme national FSE+ Emploi – Inclusion – Jeunesse – Compétences.

Pour que chaque enfant, quels que soient son passé et l’endroit où il vit, puisse grandir dignement.

La société renvoie aux jeunes détenus une image négative d’eux-mêmes.

Les murs de la prison ne doivent pas être un rempart au respect de la dignité humaine.

Le mineur, l’enfant délinquant, n’est pas destiné par la fatalité à entrer ni à demeurer dans la délinquance d’habitude. S’il y tombe, la société a le devoir de – et, en outre elle y a intérêt – l’aider à en sortir. Extrait du livre Pas de Quartier ? Délinquance juvénile et justice des mineurs, édition Fayard.

Tout au long de ma vie, je n’avais connu que des spirales destructrices. Le mal appelle le mal. L’exclusion à se couper du monde. La discrimination à s’enfermer dans l’image qu’on nous renvoie. Mais la solidarité, elle, n’appelait qu’à des choses positives. Elle ramenait chacun à son humanité fondamentale.

Le respect des droits de l’enfant et de sa dignité doit être reconnu pour tous les enfants quels que soient les actes commis, quelles que soient les origines, quels que soient les lieux ou modes de vie. Les droits de l’enfant ne se méritent pas, ils ne sont pas soumis à condition et jamais négociables.