+ 261 000

enfants détenus dans le monde*

Dernières données statistiques publiées en novembre 2021 par UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance : depuis le début de la Covid-19, plus de 45 000 enfants ont été libérés de détention et rendus à une alternative appropriée. Pourtant, dans le monde, 261.000 enfants restent encore détenus.

Pour Claudia Cappa, spécialiste principale des statistiques à l’UNICEF, des mesures doivent être mises en place par les gouvernements pour mettre fin à la détention de ces enfants.

À travers le monde, des enfants sont incarcérés et se retrouvent dans une situation de grande vulnérabilité : carences alimentaires, absence de soin, insalubrité, manque d’accès à l’éducation… Dans certains pays, 90% des enfants en prison sont en attente de leur procès, sans avoir les moyens d’assurer leurs défenses. À ces conditions indignes s’ajoutent de nombreux cas de maltraitances et de tortures.

Les interventions de Grandir Dignement se basent sur la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et s’attachent à garantir le respect de leur dignité en milieu carcéral.

Respect

Promouvoir une justice juvénile plus adaptée et respectueuse de la dignité humaine des enfants et jeunes majeurs en conflit avec la loi

Dialogue

Instaurer un dialogue de confiance et constructif avec les acteurs étatiques dans l’intérêt des enfants en conflit avec la loi.

Accompagnement

Mettre en œuvre un accompagnement intégral et individualisé du jeune favorisant son insertion sociale, citoyenne et professionnelle.

Actualités

, , ,

Rétrospective de la journée solidaire avec la Fondation SNCF 🚂

Chaque année au sein de la SNCF, une Journée Solidaire Environnement est organisée avec des salariés volontaires afin de leur faire découvrir les missions d’une association partenaire pour soutenir ses missions le temps d’une journée.…
, , ,

Quoi d’neuf à Antsiranana ?

L'ouverture d'un Centre Av'nir en Octobre 2022 Le Service d’Insertion en Milieu Ouvert de Diego Suarez, dans le Nord de Madagascar, a ouvert en Mars 2021. Depuis, une trentaine de jeunes ont été suivis. Aujourd'hui, 2 éducateurs…
, ,

Des poules et des jardins au Niger !

Dans le cadre d’un projet avec l’UNICEF, 5 poulaillers et 3 jardins sont en cours d’installation ou d’autonomisation dans 8 maisons d’arrêts départementales. 🐔🌿🍅 Entretien du poulailler de Guidan Roumdji dans…
, ,

Les jeunes du Niger se challengent avec les jeux d’échecs en ligne !

A l'occasion du tournoi intercontinental du jeu d'échecs en ligne des prisonniers, 4 jeunes du quartier des mineurs de Niamey ont fièrement représenté le Niger. 🇳🇪 Depuis juillet, les enfants des quartiers mineurs…
, , ,

Parcours de vie : Luc, 21 ans, nous partage son histoire

[Les dates et les noms ont été changés] Découvrez le témoignage d'un jeune accompagné par l'association à Madagascar : « Quand j’étais petit j’allais à l’école et je suis resté jusqu’à la classe de…
,

C’est la rentrée à Madagascar ! 📚

C'est la fin de l'hiver à Madagascar et les grandes vacances se terminent... à la MCA et au CRM le temps des vacances fut l'occasion d'organiser des tournois incluant du sport (foot, basket, pétanque, volley) et des jeux de…
, ,

Rencontre avec Karim Mokhtari : De la délinquance à la rédemption

PHOTO Lionel Le Saux / Portrait de Karim Mokhtari, Directeur des programmes et de la formation pour 100 Murs, et Parrain de Grandir Dignement. Parrain de l’association, Karim Mokhtari est venu cet été à la rencontre des…
, ,

Grandir dignement intervient à Fleury-Mérogis pendant l’été ! ☀

Cet été, l'association a été présente durant un mois auprès des jeunes de la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le plus grand centre pénitentiaire de France (tant en superficie qu'en capacité). Ainsi, les filles ont pu participer…
,

MADAGASCAR : Journée de réflexion collective pour l’équipe !

(traduction en Malagasy plus bas) Depuis le mois de mai, l’équipe de Grandir Dignement Madagascar se retrouve une fois chaque mois pour une journée de réflexion collective. Les cerveaux des 33 membres de l’équipe…

Pour que chaque enfant, quels que soient son passé et l’endroit où il vit, puisse grandir dignement.

La société renvoie aux jeunes détenus une image négative d’eux-mêmes.

Les murs de la prison ne doivent pas être un rempart au respect de la dignité humaine.

Le mineur, l’enfant délinquant, n’est pas destiné par la fatalité à entrer ni à demeurer dans la délinquance d’habitude. S’il y tombe, la société a le devoir de – et, en outre elle y a intérêt – l’aider à en sortir. Extrait du livre Pas de Quartier ? Délinquance juvénile et justice des mineurs, édition Fayard.

Tout au long de ma vie, je n’avais connu que des spirales destructrices. Le mal appelle le mal. L’exclusion à se couper du monde. La discrimination à s’enfermer dans l’image qu’on nous renvoie. Mais la solidarité, elle, n’appelait qu’à des choses positives. Elle ramenait chacun à son humanité fondamentale.

Le respect des droits de l’enfant et de sa dignité doit être reconnu pour tous les enfants quels que soient les actes commis, quelles que soient les origines, quels que soient les lieux ou modes de vie. Les droits de l’enfant ne se méritent pas, ils ne sont pas soumis à condition et jamais négociables.