En Avril 2019, à l’occasion de la journée africaine de la détention préventive, une mobilisation, impulsée par Amnesty International, avait permis, entre autres actions, la réalisation d’une fresque à l’Is’Art Galerie (Antananarivo) sur ce thème, et plus particulièrement sur la situation des enfants emprisonnés en détention préventive à Madagascar. 

En Août 2019, c’est l’association Grandir Dignement, toujours appuyée par Amnesty International, qui lance à son tour une action dans cette lignée. 

Le 03 Août, des enfants en liberté surveillée participent à un premier atelier créatif, encadrés par Taka, artiste membre de l’Is’art Gallerie, et par les éducateurs de Grandir Dignement qui suivent ces jeunes au quotidien tout au long de l’exécution de la mesure judiciaire. L’objectif de l’atelier est de trouver une thématique pour réaliser une seconde fresque et déceler les capacités des jeunes à la mettre en œuvre. 

Le thème retenu ? La liberté bien sûr ! Pour protester au nom de tous les jeunes malagasy en quête d’un avenir meilleur et de leurs camarades en prison, pour la plupart en détention préventive. 

Le 10 Août, ces mêmes jeunes, rejoins par d’autres, passent à la grandeur nature et s’attaquent à peindre un des murs de la rue qui longe la galerie d’art, sous le regard fier de leur animateur, leurs éducateurs et d’un célèbre graffeur et source d’inspiration du jour (Ben Eine). 

Résultat ? La liberté interpelle les passants et le message de ces jeunes s’imprime en couleurs !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − quatre =