Le 16 juin dernier, le Niger célébrait la Journée de l’enfant africain. Pour cette 30ème année, le thème portait sur : « l’accès à un système de justice adapté aux enfants en Afrique ».

La Journée de l’enfant africain est célébrée tous les ans depuis 1990 afin de commémorer la journée du 16 juin 1976 au cours de laquelle des centaines d’enfants de Soweto (Afrique du Sud) manifestant pour protester contre l’Apartheid et pour exiger une éducation égale, ont été tués.

Dans le cadre de cette célébration, des visites ont été organisées au sein des 3 établissements pénitentiaires où notre ONG est présente.

À Niamey, une délégation interministérielle composée notamment de la Ministre de la Promotion de la femme et de la Protection de l’enfant et de la Directrice générale du Ministère de la Justice accompagnée de, la représentante de l’Unicef Niger ainsi que des ONG que sont Grandir Dignement et Swiss Contact, ont visité le quartier mineur de la prison civile. Les participants ont assisté à la présentation des ateliers de formation professionnelle de notre partenaire Swisscontact ainsi qu’à une activité artistique et un match de foot entre les enfants, supervisé par Grandir Dignement.

Une allocution conjointe de la part de la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l’Enfant et de la Représentante de l’Unicef a mis l’accent sur la nécessité de maintenir les efforts concernant les alternatives à la détention des enfants en conflit avec la loi au Niger.

À Maradi, en présence du Comité local de la protection de Maradi -composé de plusieurs ONGs dont Grandir Dignement-, du Tribunal de Grande Instance et de la Direction du Ministère de la femme et de la protection de l’enfant, la commémoration a débuté par une conférence débat à la mairie de Maradi avec comme thème : « assurer un accès à un système judiciaire mieux adapté aux enfants en Afrique ».  Les autorités et les partenaires se sont ensuite rendus à la maison d’arrêt de Maradi. La visite s’est terminée par un repas préparé par les enfants et partagé par tous.

À Zinder, différents acteurs de la protection de l’enfance ont visité le quartier mineur de la prison. Après un mot de bienvenu de la part du régisseur de la prison et un rappel des activités de Grandir Dignement ainsi qu’un mot sur les alternatives à la détention par le chef d’antenne de la délégation de Grandir Dignement Zinder, les participants ont assisté à un sketch joué par les enfants, sur le thème des mesures d’hygiène liées à la crise sanitaire actuelle. Les participants ont également pu écouter le poème écrit par un jeune détenu sur les droits de l’enfant. Enfin, le juge pour enfant présent a animé un jeu de questions-réponses dans le cadre duquel les enfants ont été récompensé avec des friandises.

Ces visites ont été l’occasion pour Grandir Dignement de présenter ses actions auprès des enfants en conflit avec la loi. Les activités carcérales et post-carcérales menées par Grandir Dignement viennent en appui à la mise en œuvre des mesures prévues par loi en matière de justice des mineurs au Niger, où 500 enfants sont détenus d’après les chiffres officiels.

Des évolutions positives ont été constatées ces dernières années, Grandir Dignement soutient le gouvernement dans la poursuite de ses efforts en faveur d’une justice plus respectueuse et plus adaptée aux enfants en partenariat avec les acteurs de la société civile engagés pour la protection de l’enfance.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 3 =