,

Retour sur la journée du 18 juillet à Metz

Le 18 juillet dernier, Grandir Dignement a eu le grand plaisir d’accueillir Karim Mokhtari et Yohanna Brette à Metz pour une journée dédiée à la mobilisation de la jeunesse dans des actions solidaires.

Nos deux invités ont pu partager leurs expériences de vie et témoigner de l’importance de donner un sens à sa vie en s’engageant dans la société civile.

Nous retraçons pour vous cette journée animée et forte en émotions.

Après avoir réceptionné les membres de l’AfVT (Association Française des victimes du Terrorisme), Yohanna et Najet et ceux de 100Murs, Karim, Julien et Samba, un premier groupe s’est formé afin d’aller intervenir de 10h à 12h auprès des mineurs incarcérés à la Maison d’arrêt de Metz-Queuleu.

Pendant 2 heures, Karim et Yohanna ont échangé avec les jeunes sur leurs expériences respectives, les difficultés auxquelles ils ont pu faire face et les éléments déterminants qui leur ont permis de s’en sortir et de reprendre le cours de leur vie. Très sensibles à ces deux parcours de vie atypiques et marqués par les épreuves, les jeunes ont nourri les échanges par leurs interrogations et par leurs propres témoignages d’expériences. Un dialogue simple et ouvert c’est créé durant cette intervention exceptionnelle au quartier mineur.
Karim et Yohanna ont évoqué, avec les jeunes, l’importance de donner de la visibilité à la jeunesse et de favoriser son intégration dans des actions d’intérêt général.

Peu entendu et mis en avant, ces jeunes en difficultés, souvent perçus par la société comme des marginaux et résignés quant à leur avenir et perspectives, se sont montrés très sensibles au message de Karim et Yohanna. A l’issue de la matinée, certains jeunes incarcérés ont demandé à avoir l’adresse de Karim pour continuer les échanges et qui sait construire un projet ensemble.

Suite à cette première partie de journée intense et forte en émotions au sein de la Maison d’arrêt, Karim et Yohanna, accompagnés d’un membre de Grandir Dignement et de la psychologue de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), ont rejoins le reste du groupe pour un déjeuner collectif à l’EPE de Metz.

En présence de jeunes suivis par la PJJ, d’éducateurs, de membres de Grandir Dignement et de l’ensemble des invités venus spécialement, ce déjeuner a été l’occasion d’échanger de manière informelle et de créer du lien dans une ambiance conviviale.

Suite à ce déjeuner, l’ensemble du groupe s’est rendu à l’hôtel de ville de Metz pour la conférence ouverte au grand public durant laquelle Karim et Yohanna ont de nouveau partagé leurs expériences et présenté le projet « 1000 km de Possibles : pour une jeunesse engagée! ».

Pendant 1h30, Karim et Yohanna ont évoqué leur parcours et répondu aux questions du public. De nombreux jeunes suivis par la PJJ étaient présents dans l’assemblée. Comme le matin, les intervenants ont mis l’accent sur l’intérêt de s’engager et de se faire une place dans la société.

Leur message : peu importe d’où l’on vient ou à quelles épreuves nous avons pu être confrontées, chacun a sa place dans la société et peut y contribuer positivement.

Enfin, trois jeunes personnes ont conclu la conférence en lisant des extraits de correspondances entre mineurs incarcérés à Madagascar et en France. Une jeune violoniste a accompagné ces lectures.

Pour conclure cette journée très animée et caniculaire de ce mois de juillet, tout le monde a été invité à partager un verre à l’issue de la conférence. Une nouvelle occasion de prolonger les discussions et de réfléchir à de nouveaux projets communs pour l’avenir.

Grandir Dignement remercie l’ensemble des participants et tout particulièrement Karim et Yohanna dont les témoignages poignants on su parler à tout le monde.

1000 Km de Possibles, ça n’est pas fini ! Très bientôt de nouveaux évènements à Nancy et ailleurs en France.

Hélène Muller, Co-fondatrice et directrice de Grandir Dignement introduit la conférence

Marguerite Mérieux (Grandir Dignement), Yohanna Brette de l’AFVT et Karim Mokhtari, fondateur de 100Murs.

Samba, premier ambassadeur des 1000kms de Possibles lit une lettre d’un mineur incarcéré à Madagascar. Il est accompagné d’Inès, jeune violoniste.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − un =