Mamouth, brontausore, girafe…

La semaine dernière, nous avons eu la chance d’accueillir au sein du centre plusieurs races d’animaux contemporains et d’antans.
Alors, que s’est-il passé…..
Une visite du museum d’histoire naturelle ?…nenni
Un film fantastique que nous avons diffusé aux enfants ?…non plus
Ou encore, le zoo de Tana a-t-il donné des invitations gratuites aux jeunes du centre ???…cela aurait été trop beau.

Rien de tout cela ne s’est passé.
En fait, nous avons organisé un grand jeu où différentes équipes -représentées par des animaux sur le plateau de jeux- s’affrontaient pour devenir la grande et officiel protection rapprochée du Roi.
Les animaux en question étaient les mêmes que ceux d’un article précédent « Des nouveaux arrivants bien étrange ». Autant dire que l’angouement pour obtenir la première place etait proportionnel à la joie d’appartenir à l’équipe des « steakausores », ou à celle des « tigres »…

Ainsi, nos 7 équipes ont dû se mesurer à plusieurs épreuves:
– épreuve de force: tir à la corde, fort boyard et cie
– épreuve de l’intelligence: kim vu, quizz, énigmes…
– épreuve de rapidité: relais, jeux d’eau, course brouette etc…
– épreuve artistique: mimes, sketch ou dessinez c’est gagné.

Comme dans tous jeux, il y eût les gagnants et… ceux qui ne le sont pas ! Cependant, grâce à la distribution des prix (posters et bonbons), le jeu c’est fini dans l’euphorie total!

La joie des enfants remise à sa juste place, à fait notre joie !
Quant à nous ; cela nous fit du bien, parmis toutes nos réunions, de pouvoir faire un peu d’animations….. 😉

Merci

MERCI à vous tous, bienfaiteurs, amis de France et d’ailleurs car jamais nous n’aurions pu organiser ce camp sans vous.
Au nom des jeunes, de l’entraineur de foot, des animateurs et de nous, les responsables du projet… MERCI ! Car, à Madagascar, faire un camp, aller à 10h de route de chez soi, se baigner, participer à un tournoi nationale, vivre en groupe…. c’est rare et exceptionnel !
Et, pour ces jeunes, parfois retenus au centre depuis plusieurs mois, pour ces jeunes qui sont issus de milieux extrêmement pauvre et qui n’ont jamais vraiment eu de chance; ce fut un merveilleux cadeau que ces 10 jours!
Alors, soyez assuré de notre gratitude!
De là vous vivez, chers bienfaiteurs, prenez conscience que votre aide permet concrètement l’amélioration des conditions de vies de tous ces jeunes! Et, à ce jour notre prochain objectif reste:
la mise en place d’une filière agriculture. La mal-nutrition demeure et certains jeunes ne sont pas encore scolarisés. C’est pourquoi la mise en place de cette filière agri est plus que nécessaire…
Mais cela est un autre chapitre…

Camp « tournoi de foot » & Promenades à LA MER !

Les jeunes ont vraiment apprécié ce camp. Un des évènements les plus marquants pour eux fut, sans nulle doute, la mer!

Pour la première balade, nous sommes partis, David et moi, avec 4 jeunes. C’étaient ceux qui n’avaient pas un assez bon niveau au foot pour jouer. En fait, seuls 8 jeunes sont assez bon au foot pour participer au tournoi. Mais, afin d’offrir à tous les petits de – 13 ans la chance de faire un camp, nous avions décidé, d’un commun accord avec le Maitre de foot et la Direction, de prendre tout le monde.
Du coup, avec ceux qui ne jouaient pas beaucoup au foot, nous avons aménagé le programme. Ainsi, dès le deuxième jour, nous sommes partis vers la mer. Bien sûr, mais le souci: de quel côté est la mer….
Nous avons bien marché 0h40 mn sous un soleil ardent avant de nous rendre compte que nous allions dans la mauvaise direction. Les 4 garçons étaient crevés et surtout pas habitué à marcher autant. (En même temps, cela est compréhensible puisque leur seul horizon depuis quelques mois c’est les murs du centre…). Mais, nous avons persévéré et cela en a valu la peine!! Car, au bout d’une longue marche, nous sommes arrivés sur une grande avenue au bout de laquelle il y a avait la mer.

Les yeux ont pétillé d’étonnement, les bouches se sont ouvertes de surprise, la marche fut plus rapide et pour finir nous avons tous courut sur le sable. Arrivé au bord de mer, en 10 secondes, ils étaient tous à poil et ..dans l’eau!!!! Nous avons été impressionnés par leur confiance!! Bon, certes, il n y avait que quelques vaguelettes (mais eux avaient l’impression d’être dans des vagues de 4m!) et ils ne sont vraiment pas allés loin.

Nous sommes allés à notre tour dans l’eau et nous les avons pris un après un pour aller plus loin. Car seul un jeune savaient nager… Ah oui, petite anecdote: devinez où ce jeune avait appris à nager? Et bien, dans les ruisseaux crados de la basse ville de Tana….. hum hum.
Au retour, vu qu’il était déjà bien tard et que nous étions tous crevés, nous avons pris le pousse-pousse bicyclette.
En fait, c’est peut-être un éthique de blanc qui ne connait pas la misère, mais David et moi avons toujours refuser de prendre un pousse pousse. Cela nous a toujours choqué de se faire tirer par…un homme. Mais, à Tamatave, il y a une grosse différence: ce sont des pousse-pousse bicyclette…. Ce fut une chouette expérience pour nos garçons!!!
Je ne vous dis pas leur fierté lorsque nous sommes retournés sur le lieu du camp. Du mal-être de ne pas être bon au foot, ils sont passés pour des aventuriers et des privilégiés qui avaient affrontés la mer!!!

La deuxième balade fut plus fatigante car ce fut avec 30 jeunes. Certes, d’autres adultes nous ont accompagnés mais ces derniers n’étaient pas à l’aise dans l’eau. Donc, après une longue marche toujours aussi fatigante , tous les jeunes ont une fois de plus couru jusqu’à la mer… Les adultes n’étaient pas très à l’aise et nous avons donc fait les maitres-nageurs. David, un animateur et moi dans l’eau en formant un « rectangle de baignade » (ah ah!! vive le BAFA) et les autres sur le sable!
Bon les deux choses un peu compliqué:

  • Il y a des requins dans la baie de Tamatave (merci le guide du routard). Du coup, j’étais un peu parano et je me retournais toute les 20 secondes histoire de voir si il y avait pas un aileron qui dépassait de l’eau!!
  • Les gens du coin ont du croire que nous étions VRAIMENT des secouristes. Car, très vitre, une multitude de mômes ont envahi NOTRE « rectangle de baignade ». Et, lorsqu’on félicitais un des nôtres car il savait plus ou moins nager; d’autres mômes venaient nous dire « eh! Regardes, schai nager! »

Enfin, la troisième balade fut le dernier jour! La journée de fête:
marche à pied, baignade, jeux sur la plage, repas, jeux, baignade et pousse-pousse bicyclette.

Bon là encore, je ne peux m’empêcher de vous conter deux/trois trucs:

  • A savoir: si vous faites des jeux sur une plage de Madagascar, vous risquez de vous retrouver avec tout les gens autour qui vont venir regarder ce que vous faites voir même y participer!! En gros, moi, petit animatrice, j’ai voulu faire des relais, des concours de lutte ou encore des concours de château de sable. Mais très vite, il y a eu une bonne centaine de malgaches qui sont venus « voir »! Remarquez, ceci est une bonne expérience pour dépasser sa timidité…quoique, c’est quitte ou double ;)!
  • Enfin, ce n’est pas facile de trouver assez de pousse-pousse en même temps et au même pris pour… 40 jeunes!!!

Enfin, bref,ce fut un très beau camp que ces 10 jours à Tamatave!
Les rires des jeunes résonnent encore dans nos têtes et les photos sont en bonne position dans notre bureau/salle de jeux! (des fois nous avons un bureau officielle, des fois celui-ci se transforme en salle de jeux..)

Camp tournoi de foot… épisode n°1

Tout juste revenu du camp tournoi de foot, nous ne pouvons qu’être réjouis de ces 10 jours passés avec 12 jeunes du centre.

Avant tout, nous voudrions remercier les juges de chacun des jeunes qui nous ont autorisés à faire ce camp.
Nous sommes donc partis entre le 14 août et le 24 août. 12 jeunes ont participé à ce camp:

  • 11 jeunes de 10 à 13 ans dont: 6 « cas social » et 5 « cas pénal »
  • 1 jeune de 14 ans (cas pénal).

Lors de ce camp, nos jeunes ont été mélangés avec d’autres. (Car comme nous vous l’avons expliqué, AS Railovy est né d’une fusion entre un ancien club de foot et les jeunes du centre).
Au total, il y avait donc 45 personnes (adultes compris) pour représenter AS Railovy lors d’un grand tournoi de foot organisé à Tamatave par « SOS Villages enfants » et qui a rassemblé 84 équipes venant de tout Mada.


Nous avions trois équipes:

  • Une équipe « U 13 » qui a joué dans le tournoi des clubs
  • Une équipe « U 13 » qui a joué dans le tournoi des écoles et centres d’accueils
  • Une équipe « U 15 ».

Les jeunes ont été mélangés dans les 3 équipes.

Ce camp fut réellement propice à la sociabilisation et à la réinsertion des jeunes. Certes, tout ne fut pas simple. Les jeunes du centre font parfois du « foot de rue » alors que les autres jeunes ont une meilleure connaissance des techniques footballistiques.
Par ailleurs, les autres jeunes étaient plus grands et plus forts. (L’occasion pour nous de nous apercevoir que les jeunes venant du centre sont en dessous de la taille normale.)
Mais, ils ont joué et même si ils n’ont pas gagné, ils se sont bien positionnés:

  • équipe U13 clubs: qualifier pour la finale (ils ont perdu au tir au but.)
  • équipe U 13 centres/écoles: 4e place. Ils ont obtenu la coupe des meilleurs participants
  • équipe U15: qualifier en demi-finale.

De toute manière, pour nous l’important n’était pas réellement le foot. Le but de ce camp, le défi était de sortir 12 jeunes du centres et surtout de les mélanger à un groupe.
Ce fut chose réussie.
Bien sûr, au début il a fallu dialoguer. Car, ce mélange entre un centre reconnu comme accueillant des « zaza maditra «  (jeune malsain, méchant, désobéissant) et des jeunes issus de milieux plus classique ne va pas de soi.

Les jeunes du centre; de par leurs souffrances et leur manque d’amour/éducation, sont ultra-sensible et ont tendance à répondre (sur des modes d’expressions allant de la colère au pleurs) à la moindre chose. Les autres jeunes (voire les adultes) ont tendance, trop vite, à leur rappeler qu’après tout ils ont commis des bêtises et que ce ne sont que des enfants « à problèmes ». Alors, entre acceptation de la frustration pour les uns et indulgence/non-jugement pour les autres; il a fallu naviguer…
La pratique des « mots du soir » (petit temps de parole que faisait chaque soir Don Bosco à ses jeunes) nous fut très utiles. Cela fut l’occasion d’expliquer qui sont les jeunes du centre de rééducation Mandrosoa-Anjanamasina. Beaucoup furent surpris d’apprendre que certains enfants n’ont rien commis mais qu’ils sont là car ils n’ont nul part où aller (enfants des rues), que bons nombres de ces jeunes sont des orphelins et que quand ils ont commis un délit c’est le plus souvent un simple petit vol.
Bref, belle leçon d’éducation.
Au fur et à mesure des jours, les jeunes se sont mélangés… Les jeux de cartes, promenades à la mer et veillées y ont contribués.

Vive AS Railovy!

Comme vous le savez, nous venons tout juste de créer un club de foot au sein du centre de rééducation. C’est quelque chose d’important pour tout le monde, jeunes et personnel pénitencier.
Car, il est vrai que c’est la première fois à Madagascar qu’un club de foot est crée au sein d’un établissement pénitencier!!
 A l’origine, un entraineur de foot bénévole qui possède sa propre équipe (FC Viva) et qui se propose d’entrainer les jeunes du centre de rééducation.
Au fur et à mesure des mois, nait l’idée de créer un club officiel. Puis, peu à peu, l’idée de mélanger les jeunes entre eux. Nous ne voulions pas qu’il y ait, pour reprendre les termes des jeunes eux-mêmes, « le club de la prison » et le « club du Maitre »
Nous avons donc décider, en accord avec l’entraineur, les parents de FC Viva et le personnel du centre; de fusionner:
FC Viva + Jeunes du centre =  AS RAILOVY

AS Railovy est donc une des actions de « Grandir Dignement »!

Le Railovy est considéré comme « l’oiseau roi » de Madagascar. C’est un oiseau (donc libre) qui malgré sa petitesse représente la force.

Petite anecdote:
Lors de la réunion pour choisir le nom de club, nous n’avons pas tout de suite compris pourquoi nos collègues insistaient sur le terme «AS ». Car, à vrai dire,  David et moi pensions à FC (Football Club)…

La réponse que nous avons eu: « AS (association sportive) c’est mieux. Comme cela, on pourra aussi crée après un club de basket, de rugby etc… Alors que si on met « FC » (football club), cela veut dire que ce ne sera que du foot. »
Ah!! Ok…. Comme quoi, ce projet nous devance bien des fois!!!